Ads 468x60px

A ne pas rater

samedi 2 juillet 2011

Les accusations contre DSK pourraient s'effondrer


Selon deux enquêteurs cités par le New York Times, la femme de chambre Nafissatou Diallo a menti à plusieurs reprises depuis son agression présumée. Strauss-Kahn comparaîtra devant la justice ce vendredi à 17h30 heure française, une audience qui n'était pas prévue.

Spectaculaire coup de théâtre en vue dans l'affaire DSK. D'après le New York Times, les accusations contre Dominique Strauss-Kahn sont en passe de s'effondrer, juste avant une comparution inattendue vendredi de l'ancien patron du FMI devant la justice américaine, qui pourrait choisir de le remettre en liberté. Un mois et demi après l'arrestation de «DSK» pour tentative de viol présumée d'une femme de chambre, l'affaire «est sur le point de s'effondrer, les enquêteurs ayant découvert des lacunes majeures dans la crédibilité» de l'accusatrice, rapporte le très sérieux quotidien américain.
Ce coup de théâtre pourrait se confirmer à 11h30 locales (15h30 en France) lorsque Dominique Strauss-Kahn comparaîtra devant le tribunal pénal de Manhattan pour une audience annoncée jeudi soir à la surprise générale, le prochain rendez-vous judiciaire n'étant pas attendu à l'origine avant le 18 juillet. Selon l'un des avocats de DSK, Benjamin Brafman, l'ancien directeur du FMI devrait demander un réaménagement de son régime de liberté sous caution.
«Le juge Michael Obus devrait étudier la possibilité d'alléger les conditions exceptionnelles de la mise en liberté surveillée qu'il a imposées à Dominique Strauss-Kahn dans les jours qui ont suivi son inculpation», écrit le New York Times. L'ancien favori de la présidentielle française, qui a plaidé non-coupable le 6 juin, «pourrait être relâché» et «libéré de son assignation à résidence, car il est peu probable que des accusations graves se concrétisent contre lui», écrit le New York Times. Alors que Martine Aubry est désormais candidate à l'investiture socialiste pour le scrutin de 2012 et que Christine Lagarde a été élue pour le remplacer à la tête du FMI, DSK «aurait le droit de voyager à l'intérieur des Etats-Unis», le juge conservant toutefois son passeport, affirme le journal.

«Crédibilité gravement entamée» de la femme de chambre

Selon deux enquêteurs cités par le journal, bien que les analyses d'ADN aient révélé qu'il y avait eu relation sexuelle entre l'ex-directeur général du FMI et la femme de chambre, la Guinéenne Nafissatou Diallo, cette dernière a menti à plusieurs reprises et les procureurs ne croient pas beaucoup ce qu'elle leur a dit sur les circonstances de l'incident pas plus que sur elle-même.
«Les enquêteurs ont découvert des failles importantes dans la crédibilité de la femme de chambre», écrit le journal, selon qui l'assignation à résidence du prévenu pourrait être levée dès ce vendredi. «De fait, M. Strauss-Kahn pourrait voir son assignation à résidence levée, signe qu'il est probable que les accusations criminelles graves portées contre lui ne seront pas maintenues», lit-on par ailleurs dans l'article du New York Times.
Dans une lettre datée du 25 mai, les avocats de Dominique Strauss-Kahn avaient déclaré avoir découvert des éléments qui «entameraient gravement la crédibilité» de la femme de chambre. Les procureurs ont rencontré jeudi les avocats de Dominique Strauss-Kahn et les parties discutent de l'opportunité d'abandonner les accusations de «crime» (felony). Procureurs et avocats de la défense doivent retourner vendredi à la Cour suprême de l'Etat de New York.

Trafic de drogue et blanchiment d'argent

Les procureurs ont fourni des précisions sur leurs découvertes. Ils ont, selon l'un des responsables cités par le journal, évoqué de possibles liens de la femme de chambre, Nafissatou Diallo, avec des activités criminelles, dont celles de trafic de drogue et de blanchiment d'argent. Des zones d'ombre sont apparues d'autre part concernant les déclarations de Diallo lors de sa demande d'asile aux Etats-Unis.
«Ces révélations marquent un changement de fortune stupéfiant pour M. Strauss-Kahn», écrit le New York Times. Selon les deux enquêteurs cités par le journal Nafissatou Diallo a eu une conversation téléphonique avec un détenu dans les 24 heures ayant suivi sa rencontre avec Dominique Strauss-Kahn. Au cours de cette conversation, qui a été enregistrée, elle a évoqué le profit qu'il y aurait à maintenir ses accusations contre DSK.
Le détenu, ont appris les enquêteurs, a été arrêté pour possession d'environ 180 kg de marijuana, affirme le New York Times. Il fait partie d'un certain nombre de personnes qui ont fait des transferts d'argent, d'un montant total de 100.000 dollars, vers le compte bancaire de la jeune femme au cours des deux dernières années. Les virements ont été effectués en Arizona, en Pennsylvanie, en Géorgie et à New York.
source:Le Figaro.fr



Vous aussi vous pouvez gagner de l'argent

 

Sample text

Sample Text

 
Rgie publicitaire Pubdirecte
Votre site en popunder ici