Ads 468x60px

A ne pas rater

samedi 17 mars 2012

Sarkozy évoque pour la première fois sa victoire

Le moral est revenu dans le camp du président-candidat, où l'on estime que François Hollande «s'épuise».

C'est la première fois qu'il le dit, qu'il le crie même: «Oui, on va gagner!» Vendredi à Meaux, Nicolas Sarkozy n'a pas terminé son discours par son habituel «aidez-moi!». Mais il a envisagé la victoire. Dans un gymnase meldois, entre des paniers de basket et une marée de drapeaux tricolores, le président-candidat s'est montré très offensif contre son adversaire PS. «Eux, quand ils vont à la télé, ils y vont avec un petit miroir et ils sont contents de se regarder. On a envie de leur dire: le spectacle vous plaît? Ce n'est pas à vous qu'ils pensent, mais à eux!»
Nicolas Sarkozy a moqué François Hollande et sa proposition de retirer le mot «race» de la Constitution. «Il a dû être arrêté par les gens dans la rue, qui lui disaient: le problème ce n'est pas l'école, le chômage, c'est ça!» a-t-il ironisé, sous les rires des militants. «Il fait la guerre au dictionnaire! Je lui propose une idée: supprimons le mot chômage, comme ça, il n'y aura plus de chômeurs.» Avant de regagner Paris, où il devait préparer son passage sur Canal + le soir même, Sarkozy a lâché: «S'il y a dix jours, je l'avais dit («on va gagner» NDLR), vous vous seriez moqués de moi. Là, vous ne vous moquez pas…»
Dans la matinée, le président a visité Beauval, un quartier de Meaux entièrement rénové sous le mandat de Jean-François Copé, maire depuis 1995. Chez un coiffeur, Sarkozy est hélé par une retraitée, qui lui attrape les deux joues et lui glisse à l'oreille: «M…!, M. le président! Je prie tous les jours pour que vous soyez réélu!» Sarkozy jubile.

L'absence de Borloo

Dans son équipe, où l'humeur était radieuse vendredi, on jure que la campagne est à un tournant. «Un doute s'est installé dans la tête de Hollande», note la secrétaire d'État Marie-Anne Montchamp, en évoquant le débat de la veille avec Jean-François Copé, sur France 2. «On sent l'épuisement de l'un et le lancement de l'autre», poursuit-elle en estimant que Sarkozy est sorti du «bourbier» du «halal» en prenant un «risque» à Villepinte sur l'Europe. Même enthousiasme chez Édouard Courtial: «Hollande mouline. Sarkozy va l'atomiser!» Un conseiller résume: «Tout le monde a compris que la victoire est possible!»
Ravi de son débat avec Hollande, Copé savoure la séquence. «Hollande est dans l'incapacité de répondre aux questions qu'on lui pose», a-t-il lancé. Le patron de l'UMP a senti le candidat PS «sur la défensive, inquiet, dans le doute». Le président, qui a regardé le débat chez lui, avec son épouse, Carla, a jugé Copé «excellent».
Seule ombre au tableau à Meaux: l'absence de Jean-Louis Borloo, sur ce déplacement consacré à la rénovation urbaine, son sujet de prédilection. À la tribune, Sarkozy a rendu hommage au père de l'Anru. «Il y aura d'autres déplacements dans les quartiers», confie Sarkozy, qui assure que l'ancien ministre le soutiendra bientôt. Selon nos informations, un déplacement à Valenciennes, dont Borloo a été maire, est dans les tuyaux. Sur M6 dimanche, Sarkozy fera des annonces économiques. Il sera mardi matin sur France Info, avant de se rendre dans le Loiret. Jeudi, il tiendra un meeting à Strasbourg. «Je suis fatigué physiquement, mais pas du tout moralement», jure le président.
source: Le Figaro.fr






Vous aussi vous pouvez gagner de l'argent

 

Sample text

Sample Text

 
Rgie publicitaire Pubdirecte
Votre site en popunder ici