Ads 468x60px

A ne pas rater

samedi 23 juin 2012

Royal règle ses comptes sur Twitter


Ségolène Royal dénonce sur Twitter «l'instrumentalisation» dont elle est victime et dément plusieurs rumeurs sur ses ambitions politiques. Crédits photo : ALAIN JOCARD/AFP



Ségolène Royal a démenti jeudi sur Twitter briguer la tête du Parti socialiste ou de l'Association des régions de France et vilipendé «ceux qui (l')utilisent».

Neuf tweets en moins d'une heure pour faire part de son irritation après les rumeurs qui courent à son sujet. Quelques jours après son échec aux législatives, Ségolène Royal a réglé ses comptes, jeudi sur Twitter.
«Je découvre dans les médias qu'on me prête l'intention de briguer l'ARF (Association des régions de France, NDLR), après le parti, et même la mairie de Paris! Stop. Je n'ai rien demandé», a notamment écrit la présidente de la région Poitou-Charentes. Ségolène Royal fait ici référence à un article paru mardi dans Le Monde , dans lequel le quotidien rapportait qu'elle briguait la tête du Parti socialiste ou de l'ARF.
«Je me reconstruis et je fais mon travail en région et à la rentrée de septembre je verrai. Je n'ai rien demandé et ne demande rien», poursuit la candidate malheureuse aux législatives. «Je ne suis pas candidate à l'ARF et personne n'est autorisé à parler en mon nom et à m'utiliser pour rentrer au gouvernement!»

«Quelle petitesse!»

Ségolène Royal a également réagi à un article paru jeudi sur l'express.fr intitulé «Royal mal partie pour présider les régions de France», dans lequel un président de région anonyme fustigeait son «comportement insupportable». «Elle ne vient jamais et ne travaille pas. Elle ne salue même pas le personnel, sauf quand il y a des caméras», a déclaré l'élu local. «Propos vipérins à mon sujet dans l'Express.fr, a tweeté la présidente de région. Je dis pas bonjour au personnel de l'ARF sauf s'il y a des caméras? Quelle petitesse!»
L'échec de Ségolène Royal aux législatives à La Rochelle, assorti d'une polémique sur le tweet de soutien de Valérie Trierweiler à son adversaire dissident PS, Olivier Falorni, avait déjà conduit cette dernière à dénoncer une «trahison» contre elle, un «acharnement» de la presse et a demandé un «minimum de respect.»
La candidate malheureuse à la députation a continué à alimenter son compte en demandant à s'intéresser à «RIO le Sommet de la Terre 20 ans après» et en félicitant Claude Bartolone pour sa candidature au perchoir.
source : Le Figaro

Vous aussi vous pouvez gagner de l'argent

 

Sample text

Sample Text

 
Rgie publicitaire Pubdirecte
Votre site en popunder ici