Ads 468x60px

A ne pas rater

lundi 30 avril 2012

Rachida Dati : «Être de droite en France n'est pas un délit»

«Si certains ont des états d'âme, je leur dis que ce n'est pas le moment», prévient Rachida Dati. Crédits photo : LUCIEN LUNG/Le Figaro


Dans deux interviews parues dimanche, l'ancienne garde des Sceaux revient sur l'accusation de droitisationet défend fermement Nicolas Sarkozy.

La droite entend faire corps derrière Nicolas Sarkozy. Après quelques voix discordantes, dont celle d'Étienne Pinte et, dans une moindre mesure, Jean-Pierre Raffarin, Rachida Dati, ancienne garde des Sceaux, apporte un soutien appuyé au président sortant dans deux interviews parues dimanche sur le site atlantico.fr et dans le magazine dominical britannique Sunday Telegraph.
«Si certains ont des états d'âme, je leur dis que ce n'est pas le moment, déclare-t-elle au site Atlantico. C'est indécent vis-à-vis des Français et cela ne fait que révéler leur faiblesse face à l'adversité.» «Avec Jean-François Copé, nous sommes totalement mobilisés pour la réélection de Nicolas Sarkozy. Tous les jours, je fais campagne auprès des militants, des sympathisants UMP et aussi auprès d'associations, de clubs de réflexion.»Rachida Dati revendique fièrement son appartenance politique: «Je ne sais pas ce que veut dire “droitisation”. Être de droite en France n'est pas un délit contrairement à ce que voudraient nous faire croire certains médias et les socialistes! Je suis de droite et profondément républicaine! Je préfère le travail à l'assistanat, la sécurité au laxisme, la responsabilité à la victimisation…»
Revenant sur l'accusation de droitisation, l'ancienne garde des Sceaux défend fermement Nicolas Sarkozy: «Jamais il n'a fait d'accord avec le Front national. Jamais il n'a repris ses idées. Jamais il n'a adhéré à son idéologie! Jamais! Sa vie politique le démontre. Mais Nicolas Sarkozy a cette force: celle de pouvoir parler à tous les Français sur tous les sujets, sans tabous. Cette force dérange la gauche qui n'en a jamais été capable. Prenez l'immigration: avant 2002, personne n'osait en parler. C'était la chasse gardée des extrêmes. Et à force de ne pas en parler, on a eu le 21 avril 2002. Nicolas Sarkozy a été le premier à lever ce tabou, en parlant de la nécessité de mieux maîtriser les flux migratoires afin de remédier à l'échec de la gauche en matière d'intégration. Il ne dit rien de plus aujourd'hui: nous sommes en période de crise, nous devons accueillir moins d'étrangers pour mieux les accueillir. Ce n'est pas être raciste de dire et faire cela.»
Selon elle, les caricatures,«la supposée “extrême droitisation”, ce sont des calomnies colportées par une petite élite. La même qui n'a jamais supporté le parcours de Nicolas Sarkozy, sa vie, ses combats et sa détermination. C'est un des rares hommes politiques qui ne soit pas un homme d'appareil, contrairement à François Hollande, qui n'a connu dans sa vie que l'ENA et le PS. (…) Nous refusons cette Europe-passoire, tout autant que le laxisme en matière d'immigration. En période de crise, il faut poursuivre ce que fait Nicolas Sarkozy, depuis 2007, la réduction des déficits publics et de l'immigration légale. C'est le rang et la place de la France dans le monde qui sont plus que jamais en jeu aujourd'hui».
source: Le Figaro

Vous aussi vous pouvez gagner de l'argent

 

Sample text

Sample Text

 
Rgie publicitaire Pubdirecte
Votre site en popunder ici